Archives mensuelles : mars 2015

Juncalito

20 au 26 mars Un de nos coins chouchous !! De super belles montagnes, une mer paisible, une pêche qui a été fructueuse les autres années…image La piste d’arrivée est toujours aussi chaotique :

Il n’y a presque personne. Un couple d’américains fixés ici, et quelques personnes de passage. On rencontre des Français qui font Alaska-Terre de Feu à vélo, avec leur fille de 2 ans (dans son chariot depuis déjà 10 mois). Impressionnant !!!

Bon courage à Marie, Karl, Kayla (avec une rencontre de Cycliste « Karl américain » qui lui fait le tour de l’amérique du nord en vélo). Leur site : http://www.facebook.com/EnfantABordhttp://www.enfant-a-bord.com

Et puis, Richard et Mariethé qui font le tour du monde depuis 12 ans !! Le pied !!
http://www.destinationlesameriques.uniterre.com

Sinon, on continue le rythme habituel : pêche, balades, petites réparations, lecture…

Pour le poisson, ce n’est pas la folie escomptée. Alain pêche du gros, mais pas comestible. Il faut attendre le baliste offert par les voisins (qui pêchent en bateau…) pour se régaler !

Le petit supplément du moment : la prise de tête pour faire les voeux d’intra.. On cogite, on cogite…

La semaine Sainte se prépare… Les Mexicains commencent à délimiter des territoires sur la plage… Un gars de la commune passe pour nous demander de payer. Comme on n’a jamais payé ici on s’interroge… Il nous dit que c’est payant pour les étrangers. On en déduit qu’il a l’intention de faire le vide, on refuse de payer et il accepte à condition que nous partions le lendemain. Ce que nous faisons…

Visite de Loreto

Nous arrivons à Loreto le jour de l’ouverture du serveur pour les mutations intra.
Malheureusement, l’annonce des postes vacants est reportée de 12h, puis de 24h. 😡
On passe la nuit sur place, dans une petite rue calme. Et on en profite pour tout remettre à niveau : plein d’eau, courses…
On visite la mission,

la rue piétonne,

et on se fait un petit cocktail de fruits de mer. On ne va pas renouveler cette expérience….😖

Playa el coyote

Encore 3,5 km plus loin, toujours Baya Conception… C’est vacances pour Winnie. Et encore on saute une plage sur deux 😜
Comme c’est dimanche, il y a beaucoup de monde. Mais on trouve tout de même une petite place au fond de la plage, assez loin de la route. Dans le lointain on voit la plage de Santispac et dans un petit creux l’extrémité de Playa los Cocos que nous venons de quitter. Aujourd’hui c’est le jour de la marchande de poisson. On fait le plein de délicieux flétans et aussi de tamalès maison.

Ici, il y a moins de raies, on peut se baigner ! Premier plouf sans combi !

Comme à notre habitude, on marche jusqu’à l’autre bout de la baie. Il est occupé par quelques villas d’Américains. Originalité on traverse un « jardin de pierres », oeuvre de Land Art collaborative à laquelle nous apportons notre petite pierre.

Lundi, gros événement : on achète des petits pois à la marchande ambulante…
Mais non, c’est pas ça l’événement ! Il y a un requin baleine dans la baie.
Il fait des aller-retours à quelques mètres de la plage. Il est ENORME ! Padoles, kayaks, barques, toutes les embarcations sont à l’eau pour le voir.
Alain y va à la nage, mais il ne voit rien de plus que du camion, la visi n’est pas bonne : une masse noire et une queue émergée, parfois un aileron. Sur les padoles les gens ont l’air de bien voir… On se rend juste compte de la longueur : à peu près 2 kayaks de long. Impressionnant !

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Voilà la bête quand on peut la photographier …
requin-baleine-2téléchargement

Playa los cocos

3,5 km plus loin…
On se trouve un petit coin à nous, au fond de l’anse, prêt de la mangrove.

On regarde passer les dauphins…

Au programme ‘ balade sur la pointe de gauche, jusqu’à ce qu’on voit notre coin précédent.

Puis balade à la pointe de droite en grimpant un peu…

Puis balade derrière la mangrove.

Comme on a épuisé les petits itinéraires pédestres, on se lance dans notre première explo sous marine… On ne vous raconte pas l’eau froide qui rentre dans le shorti… On n’est pas habitués ! Les gens nous ont averti qu’il y a des raies… Effectivement, on voit un bon paquet de petites torpilles planquées dans le sable. Et puis on trouve aussi cette belle petite limace de mer.

On ne peut pas rester 107 ans à cause du froid, mais une 1/2 heure ça fait du bien !

Quelques vendeurs passent quotidiennement sur les plages, on commence à les connaître… On n’a toujours pas acheté de tapis… Par contre fraises et miel, oui !!!!

Playa Santispac

Première plage de la série de la Bahia Conception.
Une grande baie sableuse remplie de camping-cars. Avec plein d’îlets. C’est là qu’on regrette vraiment de ne pas avoir acheté de kayak. Ça s’y prête vraiment et ce serait une occupation très sympa !

Coté marche à pieds, c’est assez limité. Mais grâce à la marée basse on arrive à faire le tour du gros cailloux de la pointe. De belles strates de lave, juste pour nous !

Pour occuper le deuxième jour, il n’y a plus qu’une chose à découvrir : le resto. Pas le choix ! On déguste une assiette de tacos aux saint-jacques. Comme on est seuls et que Carlos, le serveur, fils de la proprio, s’ennuie ferme, on passe un moment à discuter du Mexique, de la France et patati patata. C’est marrant. Pour lui, la France à l’air d’évoquer : les plages de méditerranée, le terrorisme et Florence Cassez. Au passage, Alain apprend qu’il parle espagnol avec l’accent arabe 😄…

Bivouac de rêve

Il est temps de tester un coin que nous ne connaissons pas encore : Punta Chivano. On sait, par d’autres voyageurs, qu’il y a moyen d’y camper. C’est rassurant, parce qu’il faut se faire 10km de piste, alors autant que ce ne soit pas pour faire 1/2 tour au bout…
On se lance donc sur une piste pas trop mauvaise. Mais comme il a plu les jours précédents, ça devient vite gadouilleux et on a quelques passages de lits de rivières assez rock and roll. Mais Winnie nous montre ses talents de 4×4. Il passe partout, sans frémir. Bon, à l’arrivée, il n’est plus très beau à voir, mais ça lui donne un style baroudeur…

image

Au bout de la piste, de très belles villas américaines installées au bord de l’eau. Plutôt sympa.

image

On commence une nouvelle piste sableuse en direction de l’hôtel-camping, mais on s’aperçoit qu’il y a régulièrement des terrains vagues au bord de l’eau qui nous conviendraient bien… On s’installe donc sur un plateau, en attendant de voir si on va nous virer…

Non seulement on ne nous vire pas, mais tout le monde nous fait de grands coucous. On discute avec une dame qui vit 6 mois ici et 6 mois en Alaska (le rêve !) et qui nous dit que nous sommes very welcome ! 🌵🌴🐚☀️

Nous sommes donc installés dans ce petit paradis : immense plage de coquillages énormes et variés, cactus, palmiers, oiseaux, dauphins, baleines au loin, lièvres, cris d’otarie, passage furtif de chacal, pêcheurs… 🐳

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Pour couronner le tout, on a droit, chaque jour, à un marchand à domicile : burritos, jus d’orange frais, pizzas, tortillas, tamalès, fruits, légumes…

image

Cerise sur le gâteau, les gens des villas nous adoptent presque (comme tout le monde se connaît, ils savent tous qui on est !). Un matin un gars en quad est venu nous prévenir que la marchande de légumes allait arriver. On se serait cru au marcher. Tout le quartier était là. On a discuté, parlé poisson et pêche… Et 3 heures après le gars au quad nous offrait de beaux filets de poisson. C’est pas cool la vie ???

image

Ce qui est moins cool, c’est que la mer est pleine de petites raies (sûrement des torpilles). Comme les petites coquines sont invisibles, Alain a marché dessus… Réponse immédiate : une bonne piqure bien douloureuse dans le pied. Pas d’internet, donc impossible de vérifier quoi faire contre la douleur… Heureusement, un SMS à notre moniteur de plongée préféré et hop, qq minutes après Seb nous confirme que le venin est thermolabile. Compresse brulante et hop, c’est fini… Ouf !

Au bout de 2 jours, on teste un deuxième coin, un peu plus isolé (les marchands ne viennent pas jusqu’à nous)

IMG_0724

Les journées s’écoulent paisiblement. On vous fait partager quelques moments forts…
*Grandes balades sur la plage (on n’a pas l’air comme ça, mais depuis notre départ de Dallas on a fait 51 km à pieds. Merci la montre GPS !!!)

*Découverte de l’estuaire, à vélo. Et 10km de plus, jusqu’à l’hôtel, pour Alain qui ne ménage pas ses fesses😄

*Rencontre avec les oiseaux du mini port local

*Réveil très matinal par les chalutiers qui sillonnent la baie

*Pêche qui, faute de poissons mangeables, se transforme en pêche au cormoran… Il a vraiment mordu ce balot 🎣

Ce diaporama nécessite JavaScript.

*Superbe pleine lune

*La belle (?) histoire du coin… Depuis le temps que nous observons le comportement des oiseaux, nous faisons régulièrement de nouvelles découvertes. Ici, c’est une petite mouette grise qui suit un pélican comme son ombre. Elle fait tout comme lui. Mouette amoureuse ? Mouette adoptée, bébé, par un pélican ? Mouette qui croit être un pélican ? Mouette parasite ??? En tout cas le duo est original et le pélican est obligé de garder le bec sous l’eau pour avaler son poisson, de peur de se le faire taper par sa petite compagne…image

Voilà, une semaine est passée. On resterait bien encore un peu mais on manque de gaz, d’eau et d’une bonne douche… Par contre, avec notre nouvelle installation de panneaux solaires 200W + leds, c’est génial : Versailles tous les soirs et aucun problème de batterie !
Bien dommage qu’il n’y ait qu’une toute petite wifi pas accessible du camping-car…image

San Lucas, paradis pour oiseaux.

Aujourd’hui, étape courte. Après avoir traversé la très vilaine ville de Santa Rosalia avec ses exploitations d’on ne sait quel minerai (boleos, je crois, en espagnol), nous retournons au petit camping de San Lucas, que nous avions bien aimé lors du dernier voyage. C’est un petit peu cher pour le peu (pas) de services à disposition, mais l’emplacement est charmant.
Le temps est à la pluie, mais on peut tout de même se balader sur la petite plage, au milieu des oiseaux. Les pélicans, toujours affamés, attendent impatiemment les pêcheurs…
On ne reste qu’une nuit. Le soleil semble être de retour, on va pouvoir tester un nouveau coin.