Archives mensuelles : avril 2015

Cabo Pulmo

Aujourd’hui, c’est piste ! 

On se tape le c.. sur la tôle ondulée pendant une bonne heure et demi et on arrive dans le village-centre de plongée de Cabo Pulmo. C’est tout petit. Le gros Winnie est un peu comme un éléphant dans un magasin de porcelaine pour touristes…bof, bof… On trouve tout de même un terrain pour déjeuner en compagnie de quelques jolies créatures…


. 

               

La Ribera

On passe une petite journée sur cette très belle plage


On se balade jusqu’à un immense port qui n’a jamais été terminé. Nos chiennes se font des copains américains bien propres sur eux…
Alain finit avec une pêche dans le sable. Résultat, une petite sole qui régalera une des chiennes et une serpentine qui retournera à l’eau… La pêche est décidément variée et pleine de surprises dans le secteur😉

Après 2 nouvelles heures d’attente au bord de la route, avec les vaches, on décide d’aller chercher du gaz à La Paz. Mais coup de bol, en route on tombe sur le camion en train de livrer dans la rue principale du village.
Après une manoeuvre un peu chaude, mais négociée avec talent, nous voici avec le plein de gaz.
Du coup on prend la route pour aller à La Ribera, village un peu plus au sud…

Deux jours à attendre le camion de gaz au bord de la route… La vache !
Panne de gaz. Pas grave, les gens du coin nous disent que le camion passe tous les jours. Il suffit de se mettre au bord de la route et de l’arrêter… Sauf qu’hier il n’est pas passé… Oui, mais aujourd’hui, c’est sûr, il va passer ; et dans les deux sens en plus !!!
Heureusement, on a de la compagnie…

Los Barriles, comme à la maison…

On adore ce coin. Il y a 3 ans, on avait déjà envie d’y acheter une maison😉. On essaie de vous montrer pourquoi, en images…

La mer est remplie de dauphins, raies mobula qui sautent (très difficile à photographier…), énormes baleines (bleues ?), cachalots, lions de mer… Chaque jour une surprise !!

Le cadre est très joli, avec quelques montagnes, un gros sable blanc, une immense baie bordée de belles maisons. Bref, de quoi faire des balades sympas :

Il y a plein d’activités possibles : quad, kyte, paddle, bateau, petit avion…

On a une petite faune variée :

On peut faire des feux et boire l’apéro devant les vagues :

On a une connexion quelques heures par jours. Grâce à elle, et surtout au talent de Bed qui a géré ça de main de maître, nous avons pu valider les voeux de mutation !

On peut pêcher, vous le savez déjà. À l’instant où j’écris Alain vient de battre mon record de la plus longue flûte :

Et qui dit pêche, dit gueuleton de poisson. On a vu que les flûtes envahissent la Méditerranée mais ne sont pas commercialisées car peu goûteuses. Et ben nous on vous le conseille ce poisson : de beaux filets sans arrêtes, une chaire à la fois ferme et fondante, un délice avec un beurre aux câpres !

On est assez loin du centre ville pour être discrets, mais assez prêt pour y aller à vélo. On peut donc aller au resto. Bon, on a perdu les photos. Il va donc falloir y retourner… Surtout que ce resto Piscis nous avait servi un excellent steak tampiqueña avec des piments à la crême, du riz, de la purée de haricots rouge, une quesadilla au fromage, une pâte de maïs au poulet… Bref un bon petit régal !!!
image

Alors ? C’est pas le bonheur ???

El Tecolote

28 mars au 7 avril

Après une traversée de La Paz et de son beau Malecon plein de sculptures

Ce diaporama nécessite JavaScript.


nous voici sur la très grande et belle plage de La Paz, juste à la tombée de la nuit, pour un bivouac paisible. Seulement 2 camping-cars sur l’immense plage.

Premier matin, ça commence très bien, eau translucide avec une pêche fructueuse : petit baliste et gros orphie. Miam !!! Détail rigolo, on baigne dans les oeufs de poissons…

L’eau est cristalline et les paysages magnifiques.

On cherche une connexion. Rien dans le camion, mais un petit accès improbable, au milieu du désert…

Dimanche. Notre plage déserte change de physionomie. À partir de 13-14h, des voitures commencent à arriver. 16h, la plage est remplie. 17h, nous sommes encerclés. Chacun gare sa voiture au plus prêt de la mer, ouvre les portes et pousse le volume de la musique. Les canettes de bières se succèdent… Un avant goût de ce que seront les jours Saints… Le lendemain il ne reste plus que les canettes vides abandonnées sur la plage.

Gros atout de ce bivouac, ses magnifiques couchers de soleil, chaque soir différents, et sa superbe pleine lune :

Le calme est de retour, mais pas les poissons. Entre deux tentatives de pêches, c’est donc bricolage : réparation de l’ABS, repérage d’une crevaison lente, réparation du pneu, tentative de regonflage, mais gonfleur HS, donc réparation du gonfleur… Bref, on sait quand ça commence mais pas quand ça finit.😬

Ici, pour Pâques, jeudi et vendredi sont fériés. Dès mercredi soir on voit la plage se remplir. À la nuit tombée, un camping-car vient se coller à nous. Toute une famille passe la nuit à chanter autour d’une enceinte qui hurle la bande-son des chansons du moment. Nuit horrible, on change donc de coin… On se met plus en retrait, derrière la foule des voitures et des tentes qui envahissent progressivement le bord de mer. Quads qui tournent à longueur de journée, musiques de tous les côtés, voitures qui s’ensablent… Vendredi, on part à l’autre bout de la plage, qui semble plus calme. On se colle loin de la mer, dans les dunes, mais avec une quiétude relative et une petite connexion Internet. Et on attend que la folie se passe… Le grand week-end est sous haute surveillance. Nous voyons patrouiller tout ce qui existe de forces de sécurité et de secours au Mexique !

Dimanche soir, tout se vide ou presque. Il reste juste une famille avec la musique à fond ! On les attire !!! On prend nos clics et nos clacs et on retourne dans notre coin initial, à nouveau vide et calme !
Lundi matin, la vie paisible reprend. Coup de chapeau aux équipes de nettoyage qui ont passé 4 jours à ramasser des tonnes de canettes !