Infos pratiques

On place sur cette page nos infos pratiques, surtout utiles pour les voyageurs qui suivraient nos traces : point GPS , point d’eau, Wifi, tarifs…
bivouacs USA et Mexique BC_lesepicurieux_saison 3_2015

Les Visas / les frontières :
Pour les USA.
voir en particulier le site français :
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/pays_12191/etats-unis

– L’ESTA : n’est utilisable que pour les entrées par avion et maritime, valable 2 ans, payé (80$ /par personne) par internet permet de rester 3 mois (durée maximale et totale, même pour un séjour interrompu par un passage au Canada ou au Mexique). Son obtention est vérifiée à la frontière. Il est possible de « remettre le compteur à zéro » en revenant par un pays non limitrophe (autrement dit ni le Mexique ni le Canada).
– le WT (Permit avec exception de visa), durée de séjour limité aussi à 3 mois, payé 6$ par personne et délivré uniquement par voie terrestre. Par exemple en entrant aux USA après un séjour au Mexique. En ce qui nous concerne (cela dépend énormément de l’officier d’immigration qui nous reçoit) cela s’est très bien passé, et il aurait même été possible de faire un premier séjour plus long aux USA (jusqu’à 3 mois max), puis après un séjour au Mexique (pas trop court) de refaire un nouveau séjour de 3 mois. C’est la durée que l’on a obtenue à cette nouvelle rentrée…ayant « perdu » notre B2 (valable 6 mois, voir ci-dessous) lors de l’établissement du nouveau passeport (ceci n’aurait pas dû arriver, si nous n’étions pas tombés sur une personne incompétente dans notre mairie…).
– Le visa B2, s’obtient uniquement en dehors du territoire américain, dans une Ambassade, contre versement d’une somme importante (voir dans le blog de la saison 1). Il permet des séjours plus longs, de 6 mois maximum, mais est renouvelable après un séjour au Canada ou au Mexique. Ce passage « extérieur » doit être suffisamment long (genre plusieurs semaines) pour être validé par l’officier d’immigration du poste de passage. Il est valable 10 ans. Nous avons pu négocier une rallonge (1 an) lors de notre premier voyage en 2011. Ensuite, en 2013, celle-ci nous a été refusé mais nous avons néanmoins fait 2 fois 6 mois, après un séjour en Alaska.
– L’officier, à la frontière, sera le seul à juger de la situation et sa décision sera définitive. Inutile de discuter ou pire de chercher à négocier, il (ou elle) peut rendre encore plus difficile le séjour, le réduire à quelques jours, voire interdire l’entrée, parfois même définitivement !
– « Le moindre dépassement du délai imparti au titre du VWP lors d’un précédent voyage aux Etats-Unis entraîne le refoulement immédiat du territoire et, en général, l’interdiction d’entrer de nouveau sur le sol américain pour une durée pouvant être de plusieurs années« .
– Attention, au passage Mexique -> USA, le contrôle sanitaire est strict : pas de légumes, agrumes, œufs, charcuteries… Essayer d’avoir le frigo assez vide ! Dans l’autre sens on vous demandera surtout si vous avez de l’alcool ou des armes.
– Le passage par TECATE est rapide et plus aisé que par TIJUANA. La route des vins est alors facile et rapide pour ENSENADA. Celle-ci est une grande ville où tous les services sont possibles (2 Walmart : choisir celui au bord de mer – plus plat et plus calme, un Home Depot en face).
Pour le Mexique.
– Dès l’entrée, se présenter au bureau d’immigration. En payant une petite somme (48 US$ pour 2), et en remplissant un formulaire, on obtient rapidement un visa de 6 mois.
– Pour la Baja California, aucune taxe pour le véhicule (pour le reste du Mexique il faut faire un dossier d’importation temporaire et le payer partie en US$, partie en pesos).

La sécurité :
Pour les USA.
– Aucun problème, partout. Beaucoup de présence policière bien évidente, et sonnante… Si l’on se fait arrêter, rester dans son véhicule et attendre, les mains sur le volant. D’une manière générale, rester sobre (dans tous les sens du terme) et sincère. Si vous avez du mal à vous exprimer, pas de souci, l’agent sera encore plus cool…
Pour le Mexique.
– En Baja, aucun souci, presque partout. On peut rester dans des endroits sauvages isolés, mais proches de résidences. Les Mexicains sont très gentils et accueillants.
– Nombreux contrôles sur les routes (souvent des militaires) qui sont très cools et rapides.
– Néanmoins, la corruption existe ! On s’est fait raquetter deux fois au Mexique, une fois par la police fédérale (« négocié » à 20 US$ à Ixtapa) et une autre fois en entrant au Mexique à Tecate par des motards (« négocié » à 350 US$)…
Voici en substance le conseil lu dans la revue de BCS du 20 avril 2015 p 15(«Gringo, Gazette») : si vous êtes en faute ou pas, il est conseillé d’aller jusqu’au commissariat afin de régler une éventuelle amende. Elle sera beaucoup plus basse que celle annoncée (souvent en USD alors que la somme exigée est en pesos, le « dollar mexicain »). Ne pas hésiter à relever les identités de vos officiels (matricule, et/ou photos prises sur place) : non seulement vous verrez que la situation s’arrange magiquement pour vous mais en plus vous ne favoriserez pas cette plaie nationale…

La vie pratique :
Pour les réseaux téléphoniques cela dépend de son fournisseur. D’une manière générale, les espaces plus désertiques ne sont pas couvert, aussi bien aux USA qu’au Mexique. Il est possible d’acheter une puce sur place, avec forfait, qui permet d’économiser pour les communications sur zone, mais cela dépend des urgences de chacun…
Nous disposons d’un « spot GPS – findmespot.com », acheté aux USA à « Basspro » (on trouve cet objet aussi en France, dans les magasins de sport) avec abonnement annuel de 100$, qui permet de laisser une trace de son parcours sur internet (suivi possible par la famille et/ou des bloggeurs – voir notre page « où qu’on est ? »). On peut donner notre point GPS, donner une alerte d’urgence, suivre sa progression…).
Il faut prévoir de faire ses pleins (notamment d’eau) avant de s’engager sur des routes isolées, afin d’éviter d’être obligé de quitter des lieux magiques faute d’autonomie suffisante !
Les distributeurs de billets de banques sont nombreux. Préférer les banques que les ATM dont les frais sont supérieurs. En général, le service payé est fixe quel que soit la somme. Votre banque fera payer sa part avec environ 2.5% du montant.
Pour les USA.
– Comparable à l’Europe (mais moins chère qu’en Martinique !).
– En février 2015, le prix de l’essence est tombé très bas : en février 1.80$ à 2.5$ le gallon (soit 0.41€ à 0.55€ le litre). Cela compense la chute de l’euro (en 2011 change à 1.42, en 2013 vers 1.33, en 2014 vers 1.24 et en 2015 à 1.12 à la baisse…). Mais cette année, les distances parcourues seront plus courtes et la compensation auraient été plus signifiante l’an dernier avec 45000km et un budget essence de 16000$ : une différence qui aurait permis une économie d’environ 4500$ ! En juin 2015 le gallon est remonté, en californie on peut le trouver à entre 3.5 et 4 $.
– Les autoroutes sont gratuites, parfois payantes dans les grandes villes.
– L’assurance auto est plus chère si l’on n’a pas le permis américain. Se renseigner auprès de Pierre Sathers en Californie (voir notre blog saison 1).
– Le coût des soins médicaux peut être énorme. Il est indispensable de vérifier sa couverture santé, et prendre si besoin une assurance spécifique (voir notre blog saison 1)

Pour le Mexique.
– La vie est très bon marché, on trouve de tout, et la cuisine mexicaine est bonne (et épicée).
– Les grandes surfaces se trouvent plutôt dans certaines grandes villes, et des supérettes sont bien achalandées dans les villages.
– L’eau est potable mais il est habituel d’acheter des grosses bonbonnes pour la boisson de tous les jours.
– Laver les fruits et légumes avec le désinfectant vendus au rayon fruits et légumes, pour éviter la turista…
– Dans les villes et villages traversés, les rues principales sont balayées, les plantations arrosées régulièrement, le tout dans une ambiance poussiéreuse et désordonnée mais calme…
– L’essence, qui a une époque récente était la moins chère du continent est devenu plus chère qu’aux USA (Mais il faut suivre le cours du pétrole pour être sur du prix au USA !). En mars 2015, le litre est à 13.47 pesos (soit environ 85c d’€). Il n’y a pas de différence de prix sur toutes les stations du pays (monopole d’état). On laisse souvent traditionnellement un petit pourboire de 5 à 10 pesos au pompiste.
– Les frais de santé sont moins chères ici et les américains viennent s’y faire soigner…
– En venant des USA, on peut compléter son assurance américaine (qui couvre déjà le véhicule au Mexique) avec un supplément spécifique pour la responsabilité civile. Cela semble très conseillé pour le séjour.
– Attention aux « topes » sur la route, peu nombreux en Baja, mais présents parfois. Les « stops » sont présents partout et il est vivement conseillé de les respecter. Ce que font les Mexicains.
– La route principale qui traverse du nord au sud la baja (bien que récemment rénovée sur une grande partie) est très étroite et souvent sans bas-côté. Attention aussi aux animaux errants et aux croisements avec les camions (on a, ainsi, perdu un rétroviseur gauche).
– Sur la route, mettre le clignotant à gauche signifie que la route est libre pour se faire doubler. En conséquence, quand on doit tourner à gauche, il faut se méfier car un véhicule peut alors s’engager pour passer !
– Entre les 2 états du nord et du sud, vers Guerrero Negro, il existe un contrôle sanitaire où il est interdit de passer des fruits, légumes (peut-être même œufs). Le contrôle est néanmoins sommaire. Il faut régler une « désinfection-vaporisation » sous le véhicule de 20 pesos (environ d’1.5€).

WIFI :
D’une manière générale, étant équipé d’une antenne amplificatrice (plusieurs types disponibles type « Wifisky » ou « Alpha network » ou la plus efficace « Signal King », toutes utilise le logiciel Ralink, vendu avec l’antenne, sur internet) on peut être connecté à distance des réseaux (sur un parking, face au serveur par exemple – parfois à plusieurs km dans un paysage découvert !). Pour les anciens cryptages WEP, courant au Mexique mais éventuels aussi aux USA, il est possible de trouver les clés avec « wifite » en utilisant Back Track 3 sous linux (méthode à chercher sur le web). Cela reste sans conséquence importante pour le « connecté officiel », quand il s’agit simplement de relever son courrier…
Pour les USA.
– Aucun problème : les connexions sont faciles et nombreuses, surtout dans les grandes villes. Certaines sont de meilleures qualités que d’autres (Home Depot), certaines variables (Mac Do, Starbuck…)
– Dans les campgrounds, certains « hosts » permettent de se connecter à leur réseau.
Pour le Mexique.
– Pas facile de trouver des connexions libres, mais c’est possible dans certains cas (hôtels, restaurants).
– Souvent il s’agit de réseaux WEP libres, sans cryptage ou avec, mais les clés utiles sont faciles…
– Dans certains campings on trouve un réseau libre ou avec une clé qui est donnée sur place.

La vie en RV :
Pour les USA.
– Faire du « sauvage » est possible, surtout dans les états des déserts du sud. Il faut néanmoins respecter des règles : aller dans des parcs, préférer les BLM. Dans les campgrounds, selon le cas cela s’apparente à du sauvage : les espaces sont grands et sans voisins.
– Les Walmarts sont très souvent des « RV’s friendly ». C’est très pratique pour des étapes entre 2 sites. Souvent bruyants car ouvert 24h /24h. C’est aussi le refuge des camions qui n’en n’ont guère… Avec les Flying’J, ce n’est pas le top. On peut aussi rester sur les parkings des Home Depot, on est souvent seuls et tranquilles. Officieusement, ce n’est pas interdit… Il existe aussi d’autres possibles sur des parkings parfois plus petits (Cracker Barrel) ou plus grands mais pas autorisés systématiquement (Casinos, Stapple ou certains Walmart non 24h/24h).
– Quel que soit l’Etat, il est impossible de se garer la nuit sur un autre parking : ils sont vides. Et pour cause : à partir de 11h vous vous ferez vider par la police locale. La propriété privée est sacrée, en vous garant dans une rue (ce qui est quand même possible parfois) on risque de voir le shérif arriver suite à une dénonciation d’un voisin (le « Neighbour watching » est courant).
– Certains campgrounds près des grands sites touristiques sont plus chers (de 15$ à 20$), mais la plupart sont bon marché : de 5$ à 7$. La plupart propose un point d’eau gratuit, souvent accessible sans être pour autant à l’intérieur du campement. Parfois, mais rarement, il peut être payant en plus de la nuit. Les « dumps » sont courantes.
– Les campings privés sont à éviter : proximité, prix élevés, bruit… Les résidents sont souvent des travailleurs temporaires, des retraités, rarement des « voyageurs » …
– Il existe des lieux gratuits (mais aussi payants) pour faire ses vides et pleins dans certaines stations essence ou villages accueillants (voir adresse ci-dessous).
– Les pompes à essence sont parfois équipées de point d’eau accessible aux RVs.
Pour le Mexique.
– Le camping sauvage est très facile et courant. Parfois, un propriétaire du terrain viendra « soutirer », gentiment, 50 à 100 pesos pour la nuit.
– Les stations essence Pemex (monopole) sont toujours utiles aux RVistes : elles possèdent un coin réservé au stationnement de nuit (attention aux camions bruyants) avec un point d’eau. Tout est gratuit. En faisant un son plein, on paie sa part…
– Les campings sont nombreux, mais leurs services sont très variables, voire absents.
– Pour vider ses eaux usées, il n’y a pas de structures pour cela mais on choisit les endroits isolés, les dépôts d’ordures…
– Il n’est pas rare que des Mexicains viennent proposer des ventes de légumes, poissons, plats typiques. Cela peut être très pratique quand on reste plusieurs jours dans des coins uniques et loin de tout.

Adresses web utiles :

Free camping :
Vous cherchez des coins sauvages (liste des BLM) et gratuits, ou pas : voici le répertoire des sites avec ou sans services ( campgrounds) , gratuit ou non, moteur de recherche par état, ville, lieux…. Une mine incontournable !
freecampsites.net

allstays : idem.
Over 29,000 Campgrounds: Independent, KOA, National/State Forest, State Parks, Public Lands, Army Corps, National Park, Military, County and City Parks, casinos.
Independent Truck Stops, Flying Js, Pilot Travel Centers, Loves Travel Stops, Petro Centers, TA Travel Centers, Petro Canada. Includes info on fuel lanes, dump stations, propane, restaurants, internet, laundry, showers, tire care, travel stores, ATMs, Western Union, UPS, FedEx and more. Are they RV friendly.
www.allstays.com

Free dump : où faire son plein d’eau, ses vidanges ?
rvdumpsites.net

Les Casinos friendly : des nuits au bord de la fortune ? Certains casinos sont tellement accueillants qu’en plus du parking pour les nuits, ils offrent des boissons, parfois de l’eau et dump, parfois même des dollars pour pouvoir jouer. Si si, c’est vrai !
casinocamper.com

Prix de l’essence : choisir sa pompe au meilleur prix … Quand on consomme 30l /100 km, la différence se compte en 10aine de $ !
Consulter :
état par état : http://www.usa-pictures.com/photos-of-usa-gas-prices-states.asp?lang=FR&cat=#36
carte des prix : http://www.gasbuddy.com/

La météo :
http://www.weather.gov/

Notre tableau des bicouacs complet =
page tout
points gps, services, commentaires :

pour 2015 :
le projet :
carte saison 3
Tableau de synthèse actualisé régulièrement durant ce voyage :
https://lesepicurieux2.wordpress.com/les-bivouacs/
Photos et commentaires pour chaque site.

pour 2014 et 2013 :
Sur cette carte chaque étoile correspond à un bivouac :
situation01_02_14_ech

Consulter les pages suivantes pour plus de détails :
https://lesepicurieux.wordpress.com/les-bivouacs-a-partir-daout-13/
https://lesepicurieux.wordpress.com/8-2/

pour 2012 et 2011 :
Désolé mais nous n’avons pas de tableau synthétique sur ce sujet en particulier.
Voici une page pour certains bivouacs, choisis parmi l’ensemble…
https://americandream972.wordpress.com/category/le-coin-du-moment/

Néanmoins, les bivouacs sont repérés dans les articles y faisant référence.
https://americandream972.wordpress.com/

Sur cette carte chaque étoile correspond à un bivouac :
itinc3a9raire-rc3a9alisc3a91

Quelques baroudeurs que nous avons rencontrés :

Danièle et Louis = http://www.autempspournous.com/
Anne-Marie et Gabriel = http://lestrotteurs.eklablog.com/recent
Marie, Karl et Kayla en vélo = http://www.enfant-a-bord.com
Richard et Mariethé = http://www.destinationlesameriques.uniterre.com
Nadège et Nicolas + leurs enfants = http://www.caracolhome.fr/site/
Emmy et Fred = http://fred-emmy.blogspot.ca/
Nathalie et Jean = http://www.natetjean.com/topic1/index.html
Marie et Germain = goliete@hotmail.fr

Et pour garder les meilleurs moments avec vous, retrouvez notre livre « Baja California », ici : http://blookup.com/fr/blookshop/blook/baja-california-28210/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s