Archives du mot-clé RV

Lake Mead

La vallée du feu étant vraiment trop brûlante, nous décidons d’aller explorer les rives du Lake Mead, dans le parc voisin.

Le niveau d’eau est très bas… Le réservoir alimente largement, et sans compter semble-t-il, les villes qui ont poussé dans le désert.

On commence par s’installer en hauteur. On fait griller notre poisson mexicain. Mais la chaleur est intenable. On passe Winnie en mode 4×4 et on rejoint les voitures tout-terrain sur la rive !!!

Une chaise à l’ombre, un bouquin, de l’eau, une baignade toutes les heures dans l’eau limoneuse du Colorado, et on attend la nuit😎. En plus des bains, on se fait des bains de boue, la berge étant complètement argileuse. Pour se mettre à l’eau, on peut sauter, mais pour remonter, c’est argile obligatoire… Pratique !!


Petite spécificité locale : plein de mini araignées sauteuses qui n’arrêtent pas nous arriver dessus…image

Comme le ciel se remplit de nuages et d’éclairs, on remonte passer une nuit torride sur le plateau, histoire de ne pas se trouver embourbés dans la glaise si jamais il se met à pleuvoir.


Note du matin : il n’a pas plu…

Publicités

Valley of Fire

Après notre nuit réparatrice au Bally’s, nous avons encore déambulé toute la journée sur le Strip. Aujourd’hui la température est encore plus chaude, le vent est tombé. Impossible de dormir dans Winnie, qui est pourtant sur un bon parking, derrière la grande roue.

Nous partons donc, en fin de journée, pour le State Park de Valley of the Fire. On arrive à la nuit, on prend l’avant dernière place du camping. Il ne fait pas vraiment moins chaud, mais au moins on peut dormir toutes fenêtres ouvertes et être sur le pieds de guerre pour les randos dès 6h du matin…
Et heureusement parce que la température monte très vite. On se fait deux balades, mais on laisse tomber les autres et on se contente de la Scenic Road avec la clim à fond 😜.
Super joli parc que nous vous laissons découvrir en images !

Las Vegas

Toujours un plaisir d’être ici. Strass, paillettes, effervescence et chaque fois des nouveautés.
On vous laisse découvrir en images !


Le plus de cette année, une chambre d’hôtel au Bally’s. Enfin, quand je dis ‘chambre’… c’est plutôt un appartement ! C’est immense. Et avec vue sur la grande roue du Link, une partie du strip, le désert en arrière plan, le vide sous nos pieds. La grande classe !!! Autant vous dire qu’après 4 mois de camping car la douche coule à flots😍

Question jeu, nous avons été très raisonnables. Côté boissons gratuites aussi. On s’est un peu laissé emporter au Flamingo : une dernière machine avant de rentrer à l’hotel avec un plat chinois acheté au passage. La machine ne perdait jamais (elle ne gagnait jamais beaucoup non plus…),la serveuse nous apportait des Margaritas… Bref le temps a filé sans que nous nous en apercevions. Du coup nous nous sommmes retrouvés à minuit moins le quart, sans avoir mangé, les restos fermés… Heureusement, on a trouvé un Johnny Rocket qui faisait encore de très bons burgers !!!


On va encore rester une demie journée, voire une journée entière. De notre fenêtre, nous voyons un grand parking, tout neuf, tout calme, qui ferait un bon bivouac pour Winnie😉.

Mojave National Preserve

2 jours de désert comme on l’aime : rien que nous, des lapins, des lièvres et quelques vaches ! De quoi se remettre de la déception de notre Joshua Tree NP rempli de monde.

On fait une belle grande rando, le barber loop, avec falaises d’opaline, basalte, cactus barils…

Puis le Banshee canyon avec ses prises accrobatiques.

On passe de bons moments sur le camp.

On continue par un peu de piste.

Et on termine par la balade de Teutonia Peak dans ‘la plus grande forêt de Joshua trees du monde’ !

Joshua Tree, jour 1

Au matin Winnie nous fait une petite crise de non démarrage… Surement un problème d’essence de mauvaise qualité achetée à la frontière mexicaine. En refaisant le plein le problème semble avoir disparu.
On prend la box canyon road, une petite route de désert et montagne pour rejoindre notre parc chouchou de Joshua Tree. En route, Alain sauve la mise à deux zozos qui se sont profondément ensablés . Winnie les tire de là en deux deux !!


Comme des gros bêtas que nous sommes, nous arrivons à Joshua Tree un samedi. Campings bourrés ! Coup de bol, on se trouve un emplacement. Bon d’accord, c’est au bord de la route, près des toilettes sèches, dans le sens du vent… Mais bon, c’est un emplacement… À 15 $…😖
On essaie de se trouver des randos pas encore faites les années précédentes.
On commence par le jardin des cholas, parce que c’est incontournable.

Puis on innove avec un joli petit circuit jusqu’à feu une retenue d’eau.

On découvre un reste de ranch, et une zone avec des voies d’escalade.

Et on termine par le chemin de la tête de mort, autour du camping.

Au total, une dizaine de kilomètres, et un coyote.

Molino viejo, le retour

Dernière soirée mexicaine. Sniff !
Nous la passons dans notre resto chouchou de Molino Viejo à San Quintin.
Nous tombons sur l’happy hour : on commande une margarita chacun et on nous en apporte 2 chacun. Hips !!

Le soir, c’est plus classieux que le midi. On a même droit au gars qui vient nous jouer la sérénade… On ne sait pas comment s’en décoller…

Ce soir, on se gèle. Il y a deux nuits on crevait littéralement de chaud… Ça sent la remontée vers le nord…

Petite halte à Guerrero Négro

Après les 350 et quelques bornes de la journée, nous décidons d’aller explorer la lagune et le vieux phare de Guerrero : 24km de piste, histoire de se détendre les roulements !!
La balade a beaucoup de charme. Quelques échassiers variés, des paysages originaux, des dunes avec un air surréaliste, un chacal,… on aime !!

En plus on a quitté les grosses chaleurs, ici beaucoup de vent et de la fraicheur. On passe la nuit sur le parking du supermarché pour ne pas être secoués par le vent du bord de mer…

Juncalito, le retour

Pas de gros changements depuis le dernier passage, si ce n’est la chaleur caniculaire !!


Notre goéland, Bras-Cassé, est toujours vivant, on continue à le nourrir. On adopte aussi « Tocard », gentil petit chien pot de colle qui se jette à l’eau dès que nous allons pêcher. Il nage puis s’accroche à nous comme une moule à son rocher et il faut le reconduire au bord, tremblant comme une feuille. Trop pénible !! En plus on n’a rien à lui donner à manger. Monsieur ne veut pas de riz… Au bout du deuxième jour, on se débrouille pour qu’il suive des américains en promenade. Ça marche, ils l’embarquent !

Autre nouveauté, on trouve une anse idéale pour la pêche au mérou !

Bahia de los sueños

La baie des rêves… Un bivouac très agréable malgré le vent brulant du désert et le va-et-vient incessant des voitures tirant des bateaux de pêche (surtout la nuit !) pour les mettre à l’eau dans la baie.

On connaissait le resto, mais cette fois on s’y régale plus que la dernière fois, en optant pour les arrancheras avec leurs délicieuses sauces. On est en manque de viande avec notre régime « poissons »…

On connaissait la belle baie au sable blanc et eau turquoise, mais cette année l’eau est assez chaude pour se baigner et on se fait un superbe snorkelling !

On connaissait le retour des bateaux de pêche déclenchant la frénésie des goélands, pélicans et frégates, mais cette fois c’est notre propre pêche qui les attire…

Nous rencontrons le pélican qui a plus grands yeux que grand bec:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis Alain donne une leçon sur l’anatomie du poisson flûte, qui soulève l’enthousiasme croissant chez ses élèves :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Encore un bon moment !